Secteur informel burkinabè : la Confédération Nationale des Acteurs de l’Economie Informelle du Burkina Faso veut booster les intérêts des acteurs

Une nouvelle structure vient de voir le jour dans la sphère des structures associatives au Burkina Faso. Il s’agit de la Confédération Nationale des Acteurs de l’Economie Informelle du Burkina Faso (CNAEI-BF). Elle a été présentée le samedi 10 juillet 2021 au cours d’une assemblée générale constitutive à Ouagadougou.

 

Avec un bureau exécutif national constitué de 41 personnes, la Confédération Nationale des Acteurs de l’Economie Informelle du Burkina Faso (CNAEI-BF) veut défendre les intérêts des acteurs du secteur informel dans un milieu ou il apparaît comme celui créant plus de l’emploi et participe à la diminution du chômage.

Constituée de fédérations et des unions d’associations, cette confédération cherche à donner une dynamique aux intérêts moraux et financiers des acteurs de l’économie informelle. Pour le président du comité d’organisation, Boubacar Kouanda désigné aussi par l’assemblée comme président de la faitière, la seule chose qui puisse faire une différence pour l’avenir est de sortir la petite entreprise de son isolement, en marge de l’économie politique, et de la placer au centre. L’homme estime que « c’est l’économie informelle qui crée la majorité des emplois de nos jours », a expliqué le président du comité d’organisation ».

               

« Le défi de ce nouveau bureau est de lutter à ce que l’informel devienne formel et lutter pour l’intérêt général des acteurs de l’économie informelle. Après l’obtention du récépissé, nous allons nous atteler à la mise en place des bureaux régionaux et provinciaux », a expliqué l’homme qui tient désormais le règne de la Confédération Nationale des Acteurs de l’Economie Informelle du Burkina Faso (CNAEI-BF).

Par ailleurs, cette nouvelle structure des acteurs du secteur informel est représentée dans une dizaine de régions du pays et veut donner un nouveau souffle au secteur informel.

 

 

Partager

Laisser un commentaire