BURKINA Faso : Trois trafiquants d’ivoire  condamnés à de lourdes peines

Interpellés le 22 avril  2021 à Pô dans la province du Nahouri, par les agents forestiers de la Direction Provinciale de l’Environnement, de l’Economie Verte et du Changement Climatique du Nahouri lors d’une opération de lutte anti braconnage, trois  trafiquants d’ivoire avaient  été déposés à la Maison d’arrêt et de correction de Manga. Cette opération a été possible grâce à  l’appui des agents forestiers de l’Unité de Gestion de Nazinga, les Anges Gardiens de la Nature et l’ONG Conservation Justice.

Paire de défenses d’éléphant

L’un d’eux était poursuivi pour détention et commercialisation illicite de défenses d’éléphant et les deux autres pour complicité de détention et commercialisation. Cette transaction concernait deux (02) ivoires d’un poids d’environ 5 kg.  

Ces trois trafiquants  ont  été jugés et condamnés  à douze (12)  mois de prison ferme et devront payer un million de francs (1 000 000f) CFA au titre des dommages et intérêts ainsi en a décidé le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Manga le mercredi 02 juin 2021. 

 Cette condamnation par voie judiciaire intervient seulement cinq mois après  la décision rendue par le Tribunal de Grande Instance de Léo,  le 15 février 2021. Dans cette autre affaire, le Tribunal avait condamné à six (6) mois de prison ferme un trafiquant qui tentait de commercialiser quatre (4) pointes d’ivoire d’éléphant. 

En rappel, les éléphants font partie des espèces intégralement protégées, en raison des menaces qui pèsent sur eux et du risque de les voir disparaître à jamais. Malheureusement chaque année le braconnage ne fait que s’intensifier malgré les actions de surveillance et de protection des espaces forestiers et fauniques.  Entre 25 000 et 30 000 éléphants sont abattus illégalement chaque année afin de récupérer leurs défenses et alimenter le trafic international, principalement à destination de l’Asie. La population des éléphants d’Afrique a diminué au cours des années 2010   soit 111.000 de moins en 2019 par rapport à  la précédente décennie qui comptait près de 450 000 spécimens. Certaines populations d’éléphants sont particulièrement menacées, notamment les populations d’Afrique de l’Ouest. Elles sont en effet disséminées sur de vastes territoires et subsistent tant bien que mal dans quelques parcs nationaux.

Au terme de ce procès et au regard de cette pression qui pèse sur l’espèce, seule une application rigoureuse de la loi permettrait de garantir la survie de ces animaux.  Ainsi, le Directeur Général des Eaux et Forêts, Chef de corps salue cette décision de la justice et souhaite qu’elle ait davantage une main lourde pour sanctionner à la hauteur de leurs forfaits, les délinquants impliqués dans les infractions forestières ou fauniques. Des sanctions qui selon lui contribueront sans doute à dissuader les potentiels contrevenants à la loi forestière et faunique et motiveront d’avantage le personnel du Cadre paramilitaire des Eaux et Forêts et les différents  partenaires évoluant dans le domaine de la protection de la flore et de la faune.

A cette occasion il tient à féliciter le personnel de la Direction régionale du Centre sud et partant la Direction provinciale du Nahouri, pour le travail abattu. Il  remercie par ailleurs les ONG les Anges Gardiens de la Nature, Conservation Justice  et NITIDAE pour leur appui et leur franche collaboration dans la réussite de cette mission.

Partager

Laisser un commentaire