Paix, la cohésion sociale et la réconciliation nationale, l’appel du MPAP

Le mouvement pour la culture de la paix et l’amour de la patrie (MPAP) a organisé une rencontre débat, dénommée ‘’thé débat’’, les 10 et 11 avril 2021 au siège de l’association a Koudougou, Sous le patronage de sa majesté le Dapoya naaba de Koudougou, et sous le parrainage de M. Ali Bougounkou, PDG de SALSABIL Services. Cette activité entre dans le cadre de ses activités annuelles et le thème retenu a été « Quelle contribution de la jeunesse pour la paix, la cohésion sociale et la réconciliation nationale ». 

Cette activité a vu la participation de plusieurs autres personnalités.

Le présidium

Cette activité a été organisée dans le cadre de la célébration des 3 ans du MPAP. S’inscrivant dans le cadre de la promotion de la paix et de la cohésion sociale qui tient à cœur les Burkinabè, ce thé débat visait également à sensibiliser la jeunesse sur la promotion de la paix et du civisme et du même coup susciter une implication effective des jeunesses sur le processus de la réconciliation nationale. A l’occasion, un deuxième appel fut lancé par le président du MPAP, Samuel Kalkoumdo, pour l’union des fils du pays : « Il y a trois ans de cela, le 17 mars 2018   à Koudougou après avoir eu les bénédictions auprès de la cours royal, nous lancions l’appel de Koudougou pour la paix, la réconciliation et l’unité entre les filles et les fils du Burkina Faso pour un développement radieux.  Aujourd’hui 10 avril 2021 nous lançons encore un deuxième appel pour l’unité de tous les acteurs qui interviennent dans la recherche de la paix, de cohésion sociale et de réconciliation nationale. » 

Pour lui, au regard de la multitude d’associations qui existe et qui oeuvre pour la même cause, il serait avisé de fédérer les efforts afin d’avoir une synergie d’action efficace dans la recherche de cette paix. Un cadre de concertation pourra être créé pour travailler ensemble.  « Si nous sommes d’accord que nous aimons tous notre pays, que nous travaillons tous pour son épanouissement, que nous œuvrons pour les générations futures, il n’y a pas de raison qu’on ne travaille pas ensemble. Nous n’avons pas un autre pays, sacrifions nous pour notre cher patrie »

Des jeunes jouant au Ludo

Quant au parrain de la cérémonie, il a tenu saluer la tenue de l’activité et surtout le message fort du président. Il s’est principalement intéressé à la jeunesse. Elle qui est la base d’un développement se retrouve au dernier rang de la lutte. En effet, les jeunes sont plus encrés sur les fléaux, et d’autres mœurs qui ne valorisent pas la société. « Il y a trois ans que le MPAP existe, et chaque fois nous l’entendons parler de paix à la télé, à la radio, dans les journaux et sur les réseaux sociaux. Mais nous remarquons que les jeunes ne s’y intéressent pas. Mais il suffit qu’ils voient des rubriques sur  le sexe, la drogue, la music etc. et le débat est lancé. Il est temps pour vous de vous intéresser aux problèmes de votre société, impliquez-vous fortement au processus de la réconciliation, de la cohésion sociale car vous faites partie intégrante de la société ».

Les jeunes participants à l’activité

 Il a aussi attiré l’attention des parents et des acteurs de l’éducation sur la manière d’éduquer et de garder la jeunesse sur le droit chemin. Cette jeunesse ne doit en aucun cas se laisser manipuler par des personnes mal intentionnées pour des actes inciviques. C’est le combat du Mouvement pour culture de la paix et l’Amour de la Patrie depuis sa création. 

Le MPAP qui est représenté dans chacune des régions du Burkina, entend s’installer aussi dans les Etats de la sous-région afin d’avoir un impact plus important dans l’atteinte de ses objectifs statutaires et de participer plus efficacement dans la promotion et la consolidation de la culture de la paix.

Partager

Laisser un commentaire