Développement socioeconomique du Burkina : faire confiance et faciliter l’investissement de la diaspora …

L’association des Burkinabè de la diaspora (DIAFASO) organisé une conférence de presse le 7 avril 2021 au ministère en charge des affaires etrangères. Objectifs de cette rencontre, presenter à l’opinion publique le bilan des activités ménées depuis sa création en 2018 et inviter toute la diaspora burkinabè à plus investir en adhérant à leur initiative. Les initiatives entreprises ça et là par la diaspora burkinabè pour le developpement du Burkina sont nombreuses et salvatrices.

Depuis la tenue à Ouagadougou les 6 et 7 avril 2017 du Forum national sur la migration avec pour thème, « Développement économique et social du Burkina Faso : quelle contribution de la diaspora ? » et le Forum national de la diaspora tenu à Ouagadougou du 11 au 13 Juillet 2018, les choses bougent dans le bon sens mais pétinent par moment. 

Le forum de la dispora, en rappel, a permis aux participants de refléchir sur les mécanismes par lesquels la diaspora burkinabè pourra mieux contribuer au développement de la mère patrie. C’était au moment où le Plan national de développement économique et social (PNDES) était en vogue. De l’immobilier à l’industrie en passant par d’autres investissements, la diaspora burkinabè est en train de prouver son dynamisme mais surtout son attachement au FASO. 

Ces dernières années, elle ne cesse de developper des intiatives soit à travers des associations soit par leur ministère de tutelle pour soutenir le gouvernement dans les périodes bien difficiles. Ainsi des crises nées des inondations aux déplacements massifs des populations plus d’un million de déplacés internes dûs aux attaques terroristes en passant par la COVID-19, la diaspora burkinabè à travers le monde a été présente. 

 

Du nombre des burkinabè vivants hors du pays, les sources provenant des missions diplomatiques l’évaluent à plus de dix millions de personnes . Au regard des données collectées par les institutions financières régionales, les mouvements migratoires ont un impact sur la vie économique, sociale et culturelle du pays.

Ainsi sur le plan économique, les statistiques fournies par la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) font ressortir que le montant total des transferts financiers des Burkinabè de l’extérieur était de 96 420 041 967 FCFA en 2013 dont plus de la moitié destinée à des placements dans l’immobilier. 

Nonobstant donc la situation économique mondiale dûe à la crise de la COVID-19, la diaspora burkinabè continue de soutenir le gouvernement et la patrie dans la prise en charge des déplacés internes, des personnes victimes d’inondations… C’est bien la preuve qu’il faut prendre en compte la diaspora dans tous les débats, projets et programmes qui concernent le developpement de notre pays. Cette prise en compte passe néccessairement aussi par le dynamisme et l’engagement des ambassades et autres consulats du Burkina à travers le monde. 

Des representations du Burkina à l’exterieur qui doivent travailler à unir et non à diviser les burkinabè pour des vélleités et des raisons purement politiques et partisanes. Dans la même dynamique de soutien et de prise en compte de la diaspora, il convient de faciliter l’accessibilté des documents administratifs qui permettent de vivre dignement dans les pays d’accueil. 

Tout compte fait, le Burkina Faso doit compter sur la diaspora pour un développement concerté et harmonieux. D’ailleurs, le devoloppement dont il est question ne peut être une réalité si une bonne partie de la population à l’exterieur est négligée voire mise à l’écart. La diaspora burkinabè à travers le monde a suffisamment montré sa volonté et sa détermination pour le developpement du pays. 

Il appartient donc au gouvernement de créer toutes les conditions nécessaires pour faciliter les investissements de la diapora dans le pays. Par exemple l’acquisation des terrains, la faciliation dans la création des entreprises doivent etre une réalité. Le potentiel que représente la diaspora en termes d’apport en expertises et en capitaux nécessaires à la dynamisation de la vie économique du Burkina, et l’intérêt pour un grand nombre de burkinabè de l’extérieur à saisir les opportunités dans leur pays d’origine est manifeste. 

Dans le privé, certains promoteurs immobiliers ont compris qu’il faut aller vers la diaspora tout en facilitant leur accès au logement. C’est ainsi par exemple qu’ils ont ouvert des bureaux ou trouvé des representants dans plusieurs pays à travers le monde. Encourager la diapora burkinabè à investir dans leur pays est une chose, créer les conditions pour faciliter leurs investissements en est bien une autre. Cette tâche hautement importante revient au gouvernement à travers une politique accordant une place de choix à la diaspora et cela dans tous les domaines socioécomiques de notre pays. 

Pour cela, il faut bannir la loudeur administrative qui décourage plus d’un investisseur. Il est temps de simplifier les choses en se departissant de certaines considérations héritées de la colonisation qui veulent qu’il soit souvent aligné des « tonnes » de paperasse pour avoir seulement un quitus, une signature.

En rappel, le Forum national de la diaspora (FND) qui s’est tenu du 11 au 13 juillet 2018 à Ouagadougou, a regroupé plus de 400 participants dont 228 de la diaspora. Au terme des travaux, les participants ont adopté des recommandations. Celles-ci portent essentiellement sur la mise en place de réseaux professionnels des Burkinabè de l’extérieur, l’évaluation du Conseil supérieur des Burkinabè de l’extérieur, le renforcement des capacités du ministère, l’élaboration de la politique nationale de la diaspora et la mise en place d’un comité de suivi des recommandations. 

A ce sujet, le Conseil des ministres, lors de sa session du 22 mai 2019, a adopté un décret portant création, organisation et fonctionnement du comité de suivi des recommandations issues du FND. Il suffit simplement que ces recommandations ne dorment pas dans les tirroirs à la merci des araignées et de la poussière. 

Partager

Laisser un commentaire