Tahirou Barry dans la cité du Bafunji: « Si nous avons la confiance du peuple, les questions relatives au foncier seront réglées »

La campagne électorale prend fin dans quelques heures. C’est dans la cité du Bafunji, Gaoua que le candidat du MCR à la présidentielle, Tahirou Barry et aux législatives, a clos sa série de meetings. C’était l’occasion pour lui d’exposer ses idées ux habitants de Gaoua. A cet effet , les Gaoualais n’ont pas manqué de lui rassurer la victoire au soir du 22 novembre 2020.

Tahirou Barry candidat du MCR à la présidentielle

Pour la circonstance l’ancien ministre en charge de la Culture engagé sous les couleurs du Mouvement pour le changement et la renaissance (MCR), Tahirou Barry a décidé de communier ces derniers instants avec les habitants de la cité du Bafunji.

Sansan Jonas Hien, candidat tête de liste dans le Poni

Prenant la parole devant l’assemblée venue des 4 coins du Poni, Sansan Jonas Hien, candidat tête de liste dans le Poni a rappelé aux militants et sympathisants du parti MCR que le programme de Tahirou Barry est celui qui « nous conduira vers le changement ».

« Votons le MCR pour que vos problèmes soient portés au plus haut niveau pour trouver des solutions», a fait savoir Sansan Jonas Hien. Il rassure le candidat que si cela ne tenait qu’aux électeurs du Poni Tahirou sera élu.

Dans la province du Poni 28 partis et formations politiques sont engagés pour la députation. Il a appelé les populations du Poni à rester intègres . « Il faut choisir Tahirou pour que le terrorisme prend fin au Burkina Faso car l’homme a la solution », estime le candidat tête de liste du Poni.

Investi le 26 janvier 2020, à Gaoua la ville qui a bercé son enfance, et surtout son parcourts scolaire, c’est dans cette même ville que Tahirou Barry a fait le choix pour la clôture de la campagne et « vendre » son dernier message avant le 22 novembre 2020.

Militants et sympathisants du MCR

En s’adressant à son public dans la cité du Bafunji, le candidat a indiqué qu’à tout point le pays est en crise.

« Il est donc temps de faire un choix conséquent. Si l’erreur a été constaté pour 2015, la prochaine pour ce dimanche 22 novembre 2020 sera fatale. On nous présente des réalisations on nous parle des routes qui ont été construites mais que l’on voit des fossés. On nous parle des emplois crées alors que le taux de chômage ne cesse d’augmenter. On nous parle de gratuité pour la femme et les enfants de moins de 5 ans, alors que des femmes meurent faute de minimum de plateau technique. A vouloir donner la vie, on perd la vie. Ce n’est pas normal », a-t-il dit.

Voilà pourquoi l’homme indique que s’il est élu au soir du 22 novembre, il va organiser une opération « dragon pour avaler » les détourneurs du denier public et mettre fin à la corruption, à la gabegie. Il renchérit en ces termes : « si nous avons la confiance du peuple, les questions relatives au foncier seront réglées ».

Mais bien avant cela, Tahirou Barry avait rendu visite à la société Winner Industrie dans la capitale économique du Burkina Faso, une structure fermée depuis 2016 et qui peine à rouvrir ses portes pour le grand bonheur de ses centaines de travailleurs.

Aller s’enquérir des réalités des employés , Tahirou Barry est tombé à la renverse quand l’état des infrastructures et le sort des travailleurs laissés à eux-mêmes depuis plus de 4 ans. C’est pourquoi, le candidat n’a pas manqué de dire que s’il est élu au soir du 22 novembre prochain, il redonnera à la ville son lustre d’antan.

« Je ne peux pas comprendre qu’on puisse chanter les louanges, les vertus d’une capitale économique et laisser mourir des entreprises sans la moindre assistance. Nous sommes choqués en voyant les ruines d’une telle entreprise quand on sait qu’avec un minimum de volonté politique, on pouvait la sauver et sauvegarder ces centaines d’emplois qui, malheureusement vont constituer un désastre social inimaginable, Au delà de Winner industrie, nous avons la volonté de refaire de la région des Hauts-Bassins, de la ville de Bobo- Dioulasso, une véritable capitale digne de ce nom et cela passe nécessairement par un investissement massif et par l’amélioration de l’environnement des affaires », a fait savoir Tahirou Barry au personnel de Winner industrie.

Le cas de Winner industrie est l’un des exemples parmi tant d’autres dans la ville de Bobo-Dioulasso, l’entreprise emploie 115 travailleurs permanents tous partis en chômage technique sans le moindre accompagnement. Le candidat du MCR s’est dit désemparé par cette situation.

Partager

Laisser un commentaire