Les sinusites : attention au froid et à la poussière

Un rhume rebelle qui refuse de guérir, un écoulement nasal persistant qui devient de plus en plus jaunâtre et malodorant, des éternuements par salves peuvent constituer les manifestations d’un début de sinusite.

La sinusite se définit « comme une inflammation des sinus de la face », indique le Pr Kamapadeilemba Ouoba ,  chef du service  Oto-rhino laryngologie (ORL) et chirurgie cervico-faciale du centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo( CHU-YO) .

L’harmattan et la période de froid qui s’annoncent peuvent favoriser la survenue des sinusites. L’explication est la suivante, « les sinus communiquent avec l’air ambiant, parce qu’à l’intérieur des sinus il y a des cavités annexées aux fosses nasales qui, elles, communiquent avec l’extérieur », précise le Pr Ouoba.

Même si l’on ne dispose pas de données chiffrées à l’échelle nationale, il est évident que les sinusites deviennent de plus en plus fréquentes dans les pays sahéliens et continentaux comme le Burkina Faso.  Elles constituent l’une des principales causes de consultations dans le service ORL du CHU Yalgado Ouédraogo, avec plus d’un millier de personnes vues par an.

Il y a deux types de sinusites qui peuvent être soit d’origine allergique, ou soit dues à une infection ou virus.

La sinusite allergique est due à des facteurs environnementaux dont entre autres l’air pollué du fait de la poussière chargée de microbes et autres bactéries. Dans ces conditions, l’organisme peut réagir à ces différentes substances et provoquer la sinusite. Cette sinusite allergique est « caractérisée par un écoulement nasal clair suivi des salves d’éternuements ». L’environnement pollué par les gaz d’échappement des voitures, des usines, des carrières et des mines constituent des facteurs de risques.

Également, quand on s’expose à un temps froid et humide, on court de grands risques de contracter la sinusite. La maladie n’est pas une « affaire de riches » comme certains le pensent mais bien au contraire.

Lire aussi en cliquant sur ce lien  http://www.chuyobf.org/actualites/les-sinusites-attention-au-froid-et-la-poussiere/

La sinusite peut être due à une infection consécutive à« un rhume qui n’a pas été traité ou qui a été mal traité ».  Le patient d’une telle sinusite fera « des céphalées, la fièvre, et aura des malaises, des courbatures et un écoulement nasal qui devient épais et jaunâtre au fil des jours », éclaire le Pr Ouaba. Une carie dentaire peut être à l’origine d’une sinusite car « les sinus sont annexées aux fosses nasales qui, elles, sont voisines des dents. Donc les germes d’une infection (carie dentaire) peuvent par l’intermédiaire de la racine dentaire remonter dans les sinus et provoquer une sinusite d’origine infectieuse ».

La  sinusite infectieuse peut se contracter à tout moment de l’année alors que celle d’origine allergique ne survient qu’en fonction de la présence des facteurs d’allergies comme la floraison en printemps, la poussière avec l’harmattan, ou la moisissure en saison des pluies.

Il est reconnu que les grands froids constituent des facteurs de risque surtout pour les individus manifestant une intolérance aux changements climatiques. De même que l’exposition à des grands écarts de température comme ceux qui sortiraient d’une climatisation de 18° pour affronter une température ambiante de 42°.

A ces facteurs qui fragilisent les voies respiratoires, il faut ajouter le tabac qui peut engendrer des bronchos pulmonaires.

Dans ses graves complications, la sinusite « peut se révéler fatale car pouvant créer un foyer supplémentaire d’infections et entraîner de ce fait une septicémie ou la méningite »

Contrairement à certaines idées reçues, on peut guérir de la sinusite à partir d’un traitement médicamenteux si le patient est pris en charge tôt. L’option chirurgicale n’intervient qu’au cas où le mal se serait compliqué en atteignant les os de la face ou en ayant engendré l’asthme ou la formation de colique dans les sinus.

A signaler que les tout petits ne font pas de sinusite parce que leur sinus ne sont pas encore développés.

Première publication : Juin 2014

Partager

Laisser un commentaire