Politique : CRP, le nouveau parti politique de Mahamadi Kouanda  

L’un des démissionnaires du CDP, Mahamadi Kouanda vient de créer son parti politique appelé Congrès pour la renaissance et le progrès (CRP)  dont le premier congrès ordinaire a eu lieu le 4 octobre 2020 au CENASA à Ouagadougou. Placé sous le thème : « renaissance et réconciliation nationale pour un Burkina prospère et émergeant », le CRP dit avoir déposé 46 dossiers pour les législatives à venir et se réclame de la social-démocratie

Mahamadi Kouanda, président du   Congrès pour la renaissance et le progrès (CRP)

Entre le CDP et Mahamadi Kouanda on peut dire que tout est désormais fini. En effet, il est le nouveau président du   Congrès pour la renaissance et le progrès (CRP) reconnu officiellement en août dernier. Dans le manifeste de ce parti dirigé par l’ex-cofondateur du CDP, il est dit qu’il aspire à la paix, à l’unité, à la démocratie, à la cohésion nationale, à l’intégrité entre autres. « Le Congrès pour la renaissance et le progrès s’engage entre autres, à créer les conditions favorables au développement durable, harmonieux, et solidaire avec l’implication de toutes les couches socioprofessionnelles, à la mise en œuvre de l’approche genre », peut-on lire dans le manifeste du CRP. C’est pourquoi le parti s’engage pour la promotion d’un Etat démocratique, laïc, social, pour les conditions d’une  souveraineté économique nationale. Prenant la parole, le président du CRP, Mahamadi Kouanda a indiqué que ses camarades et lui viennent de loin tout en faisant le bilan de son parcours politique. De ce bilan,  il a confié que sa mort a été programmé plus de 10 fois depuis qu’il est dans l’arène politique, mais il a toujours tenu bon en gardant ses principes d’homme de conviction. Il a laissé entendre que dans le CDP, ils ont travaillé aux côtés du président Blaise Compaoré pour un mieux-être des Burkinabè. Mais il est arrivé à un certain moment  a-t-il poursuivi que le président Blaise  soit coupé de son peuple, car certains ne lui donnaient pas les bonnes informations sur la détresse de son peuple. Toute chose qui a conduit à l’insurrection de 2014, a-t-il indiqué. Pendant que le CDP agonisait a-t-il confié, il a participé avec des camarades du CDP afin que le parti ne sombre pas. Toute chose  selon lui qui leur a valu les 18 députés en 2015. Mais a-t-il regretté,  les nouveaux dirigeants du CDP ne respectaient pas les règles du parti. « On ne peut pas gérer un parti à la tête du client. Il y a tout au CDP, sauf la démocratie, la transparence, l’équité », est-il convaincu. C’est pourquoi il a indiqué qu’il a tourné la page du CDP à travers la création de ce parti. « C’est la dernière fois que nous parlons du CDP », a-t-il affirmé. Il a laissé entendre  que ce parti apportera du nouveau dans la scène politique qui est celui de la démocratie interne au sein du parti et du respect des textes.  Pour lui, il faut une renaissance au Burkina, car la démocratie est malade au pays des Hommes intègres. C’est pourquoi  pour les législatives de novembre 2020 à venir, il a soutenu que le CRP  a déposé 46 dossiers couvrant toutes les 45 provinces du Burkina. Mais pour la présidentielle, il a fait savoir que le parti avisera en temps opportun sur le choix de son candidat. 

1-Le présidium lors du congrès du CRP

2-El Hadj Mahamadi Kouanda, président du CRP

3-Les militants du CRP lors du congrès 

ENCADRE

Le bureau exécutif national du CRP

Président du parti, président du Bureau politique national : Mahamadi Lamine Kouanda

Premier vice-président chargé des questions politiques : Valentin Ouédraogo

Deuxième vice-président chargée de la réconciliation et des questions sociales : Aïssata Sow

Troisième vice-président chargé des responsables coutumiers et religieux : Madi Koala, dit Lawal

Secrétaire général : Césaire Ky

Adjoint : Lamine Dao

Secrétaire national chargé de la formation politique et civique : Bassou Ido

Secrétaire national chargé du contrôle et de la vérification : Léhoun

Secrétaire national chargé des relations extérieures : Koulihi Kabré

Adjoint : Abdoul Kader Kouanda 

Secrétaire national chargée de la trésorerie : Adissa Zan

Secrétaire national chargé de l’organisation : Anasse Dondiré

Premier secrétaire national adjoint à l’organisation : Rasmané Kouraogo 

Adjoint : Issaka Ouédraogo

Secrétaire national chargé de l’analyse et de la prospection : Boureima Kouanda

Adjoint : Aboubacar Béné

Secrétaire national chargé de l’information et de la communication : Parfait Ki

Adjoint : Edwige Kabré

Secrétaire national chargé des NTIC : Jean Marie Nabi

Adjoint : Harouna Dramane Koné

Secrétaire national chargé de l’intégration sous-régionale : Oumou Sow

Secrétaire national chargé de l’éducation et de la formation professionnelle : Rasmané Bouda

Secrétaire national chargé de l’environnement et du tourisme : Baba Traoré

Adjoint : Aboubakrine Claude Désiré Ido

Secrétaire national chargé des transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière : Moustapha Maïga

Secrétaire national chargé des consultations électorales : Idrissa Gansonré

Secrétaire national chargé des Burkinabè de l’étranger : Adja Salamata Kouanda

Secrétaire national chargé des activités sportives et culturelles : Charles Coulibaly

Secrétaire national chargé des secteurs structurés : Tèga Sawadogo

Secrétaire national chargé du secteur informel, des marchés et yaars : Adama Cissé

Premier secrétaire national adjoint chargé du secteur informel, des marchés et yaars : Boukaré Ouédraogo

Adjointe : Alimata Zongo

Secrétaire national chargé de la défense et de la sécurité : Ousmane Toé 

Adjoint : Sidiki Ouédraogo

Secrétaire national chargé des anciens : Issaka Kaboré

Adjoint : Amado Kouanda

Secrétaire national chargé des femmes : Zalissa Aboubacar 

Secrétaire national chargé des jeunes : Inoussa Kouraogo

Première secrétaire nationale adjointe chargée des jeunes : Kadidja Yernakoré

Partager

Laisser un commentaire