Employabilité des jeunes : Solidarité Laïque apporte son expertise

La Solidarité Laïque de l’Afrique de l’Ouest a organisé une conférence de presse le jeudi 5 mars 2020, à Ouagadougou. Objectif,procéder au lancement officiel de son programme dénommé « compétences pour demain » qui vise à créer des conditions favorables à l’autonomisation des jeunes.

Le présidium lors de la rencontre

Le chômage a de plus en plus un visage jeune en Afrique. La proportion des jeunes chômeurs est beaucoup forte. Même si les dirigeants africains travaillent à réduire le taux de chômage des jeunes, ils sont conscients qu’à eux seuls ils ne peuvent pas arriver à ce résultat. C’est pourquoi depuis fort longtemps l’association Solidarité Laïque a fait de l’autonomisation des jeunes son cheval de bataille. Pour Alain Kanol, délégué général de Solidarité Laïque, 60% des jeunes diplômés sont sans emplois. Pour lui, il serait illusoire de croire que tout le monde peut travailler dans la fonction publique. C’est pourquoi a-t-il confié qu’il faut encourager les jeunes à s’auto employer à travers des accompagnements multiformes. Et pour y arriver ,il propose l’agriculture, l’élevage, et des formations pour divers métiers afin que les jeunes deviennent de véritables pourvoyeurs d’emplois et non des nécessiteux. Abondant dans le même sens que son prédécesseur, Pierre Sawadogo, directeur antenne régional Afrique de l’Ouest de Solidarité Laïque, a soutenu que « compétences pour demain » est un programme qui est une opportunité pour la jeunesse. « Compétences pour demain est un programme des jeunes, conçu par les jeunes pour traiter la question d’autonomisation des jeunes », a-t-il confié. Au-delà de ce programme, Solidarité Laïque œuvre pour l’accès de tous à une éducation de qualité. Aussi, elle lutte aussi contre les changements climatiques et la dégradation de l’environnement. « Compétences pour demain » existe dans six pays de l’Afrique de l’Ouest francophone dont le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Bénin, le Sénégal et la Guinée Conakry et court pour une période de trois ans renouvelable. Au Burkina, les premières grandes activités débuteront le 9 mars prochain à Koubri, sur un site de plus de 8 hectares réservé à l’ONG. Au programme, il y aura plusieurs ateliers de formation avec des thématiques différentes.
Pour rappel, « Compétences pour demain » (CPD), est un programme dont l’objectif global est de soutenir les initiatives des jeunes en faveur des changements socioéconomiques, dans les zones périurbaines des grandes villes de l’Afrique de l’Ouest. Pour y parvenir, compétences pour demain s’oriente sur des principaux axes qui sont : l’employabilité des jeunes, leur engagement et leur participation citoyenne ainsi que les transformations socioéconomiques tout en prenant en compte les problématiques liées à l’environnement. L’ambition du programme est de participer à la recherche de nouvelles solutions afin de faciliter l’entrepreneuriat des jeunes dans les zones périurbaines des grandes villes.

Partager

Laisser un commentaire